Distance géographique … encore une fois

2008
05.01

Me revoilà devant cet écran, qui a repris son rôle de fenêtre qui s’ouvre vers ton univers, seul moyen audio-visuel pour rester en contact quotidien avec toi.

Retour au triomphe des deux sens, la vision et l’ouïe, pour faire taire le plaisir de sentir ton agréable odeur, de toucher à ta douce peau et de savourer le délicieux goût de tes lèvres.

Je suis un peu à bout de mots, à maux qui boutent. Rien n’a plus de saveur, rien n’est plus suave et doux, et une neutralité plane dans les airs réduisant à néant les effluves des bâtonnets d’encens au musc que je brûle dans la cassolette tibétaine, corrodant les secondes loin de toi, consumant les minutes sans toi, et incinérant les heures sans ta présence.

«L’absence est à l’amour ce qu’est au feu le vent ; Il éteint le petit, il allume le grand »

La flamme de mon amour, cette flamme qui réchauffe, qui éclaire, qui rassure, est constamment en croissance, mais sans atteindre un niveau de chaleur destructive, contrairement à l’absence, dont les flammes incandescentes brûlent, dévorent, charbonnent le cœur.

En somme, rien n’est plus dur que de vivre loin de sa seconde moitié, loin de l’être qu’on aime et qui nous aime. Et j’ai vraiment hâte que le temps passe et d’être à nouveau avec mon amour chéri.

(Photo d’un portrait de Frenchy fait le 04 avril 2008 au crayon à mine 2B. Vous pouvez la voir dans la page Portraits etc. Tout droit réservé)


Your Reply


Marie-Josée E. Rizkallah | Créez votre badge