USA: Le Liban ne figurera pas parmi les pays dont les ressortissants seront interdits de séjour

MISE À JOUR 18h18: les autorités américaines démentent tout projet d’inclusion du Liban dans la liste des pays dont les ressortissants seront interdits de séjour aux USA.

Ce démenti intervient alors que le Département d’Etat américain a annoncé aujourd’hui la suspension du décret présidentiel interdisant l’accès aux USA des ressortissants de 7 pays dont la Syrie, la Libye, le Soudan, le Yémen, l’Iran et la Somalie.

Le Liban devait se trouver parmi les prochains pays dont les ressortissants sont interdits de séjour aux USA, annonce un site proche de Donald Trump citant certaines rumeurs circulant dans la capitale américaine.

Parmi les nouveaux pays également visés, l’Egypte, l’Afghanistan, la Colombie, le Pakistan, le Vénézuela, les Philippines. Ces pays s’ajouteraient donc à la liste déjà adoptée le 27 janvier dernier et comprenant la Syrie, la Libye, le Soudan, le Yémen, l’Iran et la Somalie, interdisant l’entrée de leurs ressortissants sur le sol américain pour une période de 90 jours. Selon certains sources, 60 000 visas auraient ainsi été annulés par le Département d’Etat. D’autres sources évoquent un nombre plus important, 100 000 visas à destination des USA auraient ainsi été remis en cause. Ces mesures ne concernant pas seulement les ressortissants de ces pays mais également les personnes possédant une double nationalité.

Cette décision a provoqué une vive polémique tant sur un plan interne aux USA avec notamment les dénonciations de la mesure tant de la part d’ONG, d’universités et d’entreprises dont de nombreux étudiants et employés se retrouvent coincés à l’étranger. Sur le plan international, les réactions ont étalement été vives.

Cette annonce intervient alors qu’un juge fédéral de Seattle a invalidé l’ordre présidentiel de Donald Trump. L’administration américaine a immédiatement annoncé vouloir déposé un recours à cette décision judiciaire alors que la compagnie aérienne Qatar Airways a annoncé le vol immédiat d’un avion ayant pour passagers des personnes interdites d’entrée aux USA la semaine dernière.

Le nouveau président Donald Trump a indiqué que cet embargo vise à protéger les Etats-Unis de menaces terroristes représentées par l’arrivée de personnes possédant ces nationalités sur le sol américain. Ces mesures ne concernent pas pour l’heure les détenteurs de passeports diplomatiques.

L’échec des valeurs européennes

L’Europe ou du moins une partie de l’Europe réagit en croyant véhiculer des valeurs qu’elle croit universelle, concernant non seulement la religion mais également le caractère socio-économique de sa civilisation. Mais elle se trompe lourdement et on en tire aujourd’hui les conséquences au travers de nombreuses crises existentielles.

L’échec de la démocratie au Moyen-Orient, l’incompréhension que l’Islam n’est pas seulement une religion comme le Christianisme mais également un système politique et économique, l’échec dans un jugement avec des préjugés de la société américaine qui est plutôt en fin de compte conservatrice sur un certain nombre de valeurs comme le démontre le phénomène Trump aux USA et la remise en cause notable du droit à l’avortement, la non-compréhension que la notion des droits de l’homme n’est pas universelle et entre en conflit entre le caractère individualiste ou collectif de sociétés comme en Asie ou une vie peut en fin de compte être sacrifiée pour le bien commun, des échecs accumulés qui finissent donc par miner la construction européenne, comme en témoigne l’éloignement de la Grande Bretagne et son BREXIT.

La Turquie, aujourd’hui également, s’éloigne de l’Europe suite à l’échec du coup d’état démontre en fin de compte d’une manière encore plus cruelle que l’Europe n’est pas un modèle assez attractif pour juguler et menacer la décision d’Erdogan de rétablir la peine de Mort et de réintégrer un modèle islamique en contravention avec son histoire et son héritage des 70 dernières années kémalistes  que l’Armée Turque devait pourtant garantir.

Des conflits européens, Ex-Yougoslavie d’abord entre modèles de pseudo-coexistence entre Serbes et Bosniaque, entre orthodoxes et musulmans kosovars ont démontré que le modèle européen est aussi limité et que les gouvernants européens n’ont rien compris. Le temps est au conflit entre civilisations et entre valeurs et dans ce cas de figure, le modèle européen n’existe plus puisqu’on arrive au temps des interrogations quand d’autres sont déjà au moment des certitudes.

Les soubresauts que connait actuellement le Monde ne sont peut être que le reflet d’une remise en cause par beaucoup de sociétés de ces valeurs que l’Europe croyait sienne et qu’elle a tenté d’exporter à travers le Monde et qui ont débouché sur de graves crises existentielles. Démocratie, Droits de l’Homme, Liberté d’Opinion, etc… autant de valeurs qui aujourd’hui sont combattus par d’autres comme en témoignent les assauts des terroristes en France.

Evoquant le terrorisme et la France, le terrorisme aujourd’hui est certes global mais l’Europe en est aujourd’hui la première victime parce qu’elle a accepté de nombreuses dérogations. Au lieu de se construire, elle a donné des dérogations à la Grande-Bretagne et on a au final abouti au BREXIT. De même, elle a accepté, outre la Grande-Bretagne, d’autres chevaux de Troie et même devait accepter la Turquie. Le concept d’immigration et d’amalgame de certains de ses membres ont marché un certain temps quand il était intra-européen mais du moment ou il a également concerné des populations aux valeurs sociales et religieuses trop différentes, ceux ci ont eu un malaise face à ces valeurs européennes que certains trouvaient inacceptables notamment au niveau des droits des individus et du conflit entre une religion qui est également un système politique et le système des valeurs et politiques en rigueur en Europe.

La question aujourd’hui est ce qui peut, peut-être, sauver l’Europe et évitez encore cette dérive? Cette opération e sauvetage doit avant-tout être une remise en question, notamment pour la France d’un principe de laïcité qui lui est cher mais qui est unique en fin de compte en Europe. Les Pays de l’Est sont restés religieux en dépit de leur appartenance à la sphère communiste durant bien années. La France est la première visée par la vague terroriste parce qu’elle est le pays malade de l’Union Européenne, notamment par la perte de ses valeurs historiques. Ils attaquent la France non pas par ce qu’elle est laïque mais qu’elle a toujours été la fille ainée de l’Eglise ou du moins comme elle le parait toujours à leurs yeux.

Nul tabou à ce sujet. Il est important de discuter de toutes les alternatives qui peuvent être sur la table afin de provoquer un véritable débat mais aussi des décisions doivent être prises et elles sont graves. Il faut parfois se faire violence et couper un doigt pour sauver un bras.

Faut-il remettre en cause le droit du sol au profit du droit du sang? Une nationalité se mérite même quand on né avec cette nationalité. C’est un devoir et non un droit. Certains déjà ont renié leurs propres nationalités et pourtant en Europe, on discute encore du sexe des Anges.

Evoquant l’expérience libanaise, on fini par noter d’inquiétantes similarités. On est à la veille non pas d’une guerre civile mais de conflits localisés et le Pays des Cèdres est un modèle à ne pas suivre.

Le Liban était occidental dans son histoire comme appartenant à la sphère levantine et non un pays arabe jusque dans les années 50 avant d’avoir été emporté par le conflit israélo-arabe et d’avoir été obligé de choisir le camps de l’arabité. Face aux tensions résultants de la remise en cause du caractère occidentalisé d’une grande partie de sa population d’alors et cela dès 1958, il en résultera la guerre civile de 1975. Le principe de coexistence n’est donc pas à suivre. Au nom des compromis, on fini par la paralysie comme aujourd’hui au mieux et au conflit au pire entre les différentes communautés. Peut-être que les Libanais peuvent alors faire profiter de leur expérience les Français afin d’éviter le pire, il convient de leur dire que vivre ensemble n’est pas une idée à suivre mais vivre l’un à coté de l’autre avec ses différences régionales peut-être une solution à considérer.

La France doit à l’avenir faire des choix qui vont s’avérer être cruciaux pour l’Europe et durs voir même inacceptables pour certains aujourd’hui mais qui constitueront peut-être sa seule et unique chance. Et ces tabous doivent tomber pour arriver à un résultat tangible.

Affaire Romain Caillet: La Sûreté Générale du Liban avait un peu raison de l’expulser

Nouveau rebondissement dans l’affaire de l’expulsion de Romain Caillet du Liban il y a de cela 1 an, à l’époque chercheur associé et expert sur les questions islamiques à l’Institut français du Proche-Orient à Beyrouth en poste depuis 4 ans et bénéficiant d’une bourse accordée par le Quai d’Orsay.

Le Nouvel Obs a réussi à se procurer la fameuse fiche S des Renseignements Généraux Français où l’on apprend qu’il se disait même en faveur du Djihadisme dans certains forums spécialisés, sous le pseudonyme Colonel Salafi alors qu’il suivait des cours de l’institut Qortoba, depuis fermé à la demande des services de renseignements occidentaux en raison du recrutement de certains de ses étudiants pour le djihad.

C’est au Caire qu’il a d’ailleurs rencontré les frères Clain dont l’aîné est aujourd’hui un membre important de Daesh et qui a revendiqué les attaques terroristes que la capitale française a connu en novembre dernier.

Convoqué par la Sous-Direction anti-terroriste (SDAT) en 2008, il précisera toutefois ne plus être en faveur du Djihad car il s’oppose « au fait d’entraîner des jeunes pour se sacrifier à mourir sans avoir acquis au préalable les bases de l’islam. »

En dépit de ce reniement, il héritera d’une fiche S toujours active et a pu être inquiété en raison de certains liens qu’il a eu précédemment avec des auteurs d’attaques terroristes en France, précise le Nouvel Obs, même si la justice ne retiendra au final aucune charge contre sa personne.

Bloqué à l’Aéroport de Beyrouth, Romain Caillet s’était vu être notifié d’un avis d’expulsion. Circonstance aggravante, l’Ambassade de France avait alors présenté une requête au directeur de la Sûreté Générale pour autoriser son entrée au Liban, mais celle-ci est heureusement restée sans suite. A son retour en France, « L’expert  » accusait le Hezbollah d’être à l’origine de la décision de la Sûreté Générale Libanaise dont certaines sources internes l’accusaient de liens avec des organisations terroristes. Le Mouvement Chiite avait, prétendait-il, débuté une campagne hostile dès novembre 2013 suite à la publication sur un site électronique d’une tribune dénonçant l’impérialisme du régime iranien et accusait le Hezbollah d’élargir son emprise sur les institutions libanaises. Il s’en était également pris à l’Armée Libanaise lorsque cette dernière avait arrêté l’ex-femme du principal dirigeant de Daesh Abou Bakr al Baghdadi.

Premier à avoir chercheur à avoir affirmé dès 2013 que l’organisation État islamique n’était pas liée à Al-Qaïda dans les colonnes du Monde, un certain milieu prétendait qu’il bénéficiait de nombreux contact au sein de la mouvance djihadiste, chose que l’on peut comprendre aujourd’hui à la lecture de cette fameuse fiche S. Il est depuis « consultant djihadisme » sur la chaîne de télévision française BFMTV.

Par François El Bacha

romain caillet

Emotion à l’Ambassade de France à Beyrouth, ville doublement endeuillée

Source: Compte Twitter de l'Ambassade de France au Liban @AmbaFranceLiban

Source: Compte Twitter de l’Ambassade de France au Liban @AmbaFranceLiban

La signature du registre des condoléances s’est ouverte à l’Ambassade de France à Beyrouth, ville doublement endeuillée avec la mort de 43 personnes dans la banlieue Sud de Beyrouth ce jeudi d’une part et l’attentat ayant visé la capitale française ce vendredi 13 novembre avec le décès de 129 personnes dans les différentes attaques d’autre part. Ces 2 attaques à un jour d’intervalle ont été depuis revendiquées par le groupe terroriste Daech.

Capture d’écran 2015-11-16 à 16.07.12

L’Ambassadeur de France au Liban, son excellence Emmanuel Bonne, a remercié la population libanaise et les ressortissants français expatriés pour leur présence lors de la minute de silence qui s’est déroulée aujourd’hui, rue de Damas à Beyrouth

La signature des registres de condoléances se poursuivra jusqu’à demain 17 novembre 2015.

La Banque Audi n’héberge pas de compte à Daech, indique l’établissement financier

427275-1C’est par un communiqué que la Banque Audi a répondu à l’article publié par le journal Al Akhbar qui avait accusé l’établissement bancaire d’héberger des comptes appartenant à l’organisation terroriste Daech via sa filiale turque, Odea, suite à la visite d’un responsable du trésors américain en charge de la lutte contre le terrorisme.

Selon le quotidien Al Akhbar, les autorités américaines auraient obtenu un certain nombre d’information confirmant les activités illégales entre l’organisation terroristes et des banques turques et irakiennes, suscitant la crainte que les filiales dans ces pays des banques libanaises puissent agir comme proxies pour atteindre les marchés internationaux via notamment le secret bancaire qui a toujours cours au Pays des Cèdres. Ainsi, les établissements libanais pourraient tentés de compenser la perte de compétitivité sur les marchés locaux.

Indiquant que le rapport publié dans les colonnes du journal libanais serait totalement imprécis et ne reflétant en aucune manière le contenu des discussions abordées avec le responsable américain, le communiqué de la Banque Audi a noté que son nom n’a jamais été mentionné à aucun moment et que les autorités turques n’ont jamais demandé à la filiale turque de prendre des mesures spécifiques dans le cadre de la lutte contre le terrorisme et le recyclage d’argent sale.

« La Banque Audi, ainsi que ses filiales présentes au Liban et à l’étranger, appliquent les standards les plus strictes concernant l’éthique et la pratique bancaire et obéit aux régulations locales et internationales dans tous les pays dans lesquels elle est présente », peut-on également lire.

Le Gouverneur de la Banque du Liban Riad Salameh avait déjà démenti tout financement par les banques libanaises de l’organisation terroriste Daech présente en Syrie et en Irak.

« Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. »

Les journalistes et dessinateurs victimes de l'attentat de Charlie Hebdo

Les journalistes et dessinateurs victimes de l’attentat de Charlie Hebdo

« Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. », citation attribuée à Voltaire.

C’est par cette situation qu’un élan de solidarité a transcendé les frontières politiques et sociales de part le Monde entier, en solidarité avec les victimes – journalistes du quotidien Charlie Hebdo et policiers – abattues par des islamistes en France. Qui peut mieux qu’un libanais, comprendre ce que mourrir pour sa liberté veut dire? Combien de journalistes au Liban et de membres des forces de sécurité, perdent quasi annuellement la vie? On se souviendra des plus connus, Kamal Mroueh pour nos anciens, Gébran Tuéni ou Samir Kassir pour les générations les plus récentes, des François Hajj et de ces soldats inconnus aux yeux de tous mais connus de leurs familles qui ont donné leurs vies à Nahr Bared en 2007, à Arsal ou à Saida en 2014. Certains ont rapidement remplacé le tag #onestcharlie par #onestBeyrouth ou #onestsamir etc… mais peut-être, ils ont alors rompu la chaine de la Solidarité, au profit d’un amalgame local, d’une diversion alors que l’élan de solidarité est mondial.

Cependant, qui peut mieux que les libanais voir la souffrance infligée par le radicalisme religieux qui se trouve aux portes et même parfois à l’intérieur du Pays? Que doivent penser les victimes de ces terroristes en Syrie ou au Yemen, un terrorisme parfois même auparavant soutenu par les pays occidentaux si ce n’est pas favorisé comme en Libye, par le combat contre une dictature certes, mais une dictature trop vite remplacée par le chaos qui nourri ces extrémistes. Chaque jour, en Syrie, en Irak, au Yemen, pour ne pas aussi nommer le Nigéria, la Libye, et ces autres pays oubliés des informations, ces mêmes extrémistes tuent des innocents, parfois d’une manière encore plus brutale. Quoi de plus inhumain que de décapiter au couteau.

Certes, mourir pour un dessin est bien con, certains prétendent même qu’ils l’ont bien mérité, mais tuer pour un dessin est encore plus con. Déjà en 2006, Ashrafieh – quartier chrétien de Beyrouth – a été dévastée par une horde de ces mêmes fondamentalistes au nom de ces mêmes dessins dont aujourd’hui Cabu, Charb et les 16 autres personnes en ont été victimes. On a été également témoin des tirs de joie à l’annonce de l’acte terroriste dans certains endroits de non droit et notamment dans le camps palestinien d’Ein Helwé, zone de non droit, zone interdite aux forces de sécurité libanaises et ou se regroupent plusieurs organisations terroristes, Fatah la Islam, Johbat el Ansar, palestiniennes, syriennes ou simplement même arabes, preuve que le vers est déjà dans le fruit. Il s’agit maintenant également de le traiter avant qu’il ne soit pas trop tard.

On peut ne pas être d’accord avec une personne sur beaucoup de sujet, mais est ce que cela justifiera alors de le tuer, même au nom de la religion? Cela dénote en effet l’absence d’arguments solides pour prouver simplement que les auteurs de ces dessins ont tord, c’est leur accorder en fin de compte raison. Plus encore que l’opinion, d’autres personnes sont tuées parce qu’elles vivent tout simplement. Quand est-il donc de toutes ces personnes qui meurent aujourd’hui en raison de leurs opinions diverses mais contraire aux dogmes véhiculés par ces radicaux? Quand est-il des martyrs de la foi, animistes, laïques, chrétiens, yazidis, chiites voir mêmes sunnites modérés qui ont le tord de ne pas être salafistes ou takfiristes? Leur massacre est quotidien, et après avoir fait les unes des journaux, ces mêmes massacres sont aujourd’hui malheureusement bien vite oubliés. Le même jour ou Charlie Hebdo agonisait, 100 personnes ont été tuées par Boko Haram au Nigéria, on ne compte également plus le nombre de victimes en Syrie ou en Irak, quant au Yemen, silence radio.

Ce n’est pas en France qu’on mène la guerre contre ces islamistes radicaux, ces individus agissent aujourd’hui en France parce que les pays occidentaux, et parmi eux la France, ont pavé la voie de leurs actes criminels en Orient, en Syrie notamment, en les armant parfois, en laissant faire plus généralement, les laissant se former à la guerre. Selon certaines sources, il y aurait plus de 1500 français combattants actuellement dans les rangs de Daech. Certains ont pensé qu’il est préférable qu’ils aillent se faire tuer en Syrie. Mauvais calcul, et surtout calcul horrible, sous-entendant qu’il est préférable qu’ils aillent tuer des syriens que des français et mauvais calcul aussi parce que les plus aguerries reviendraient, comme autant de bombes à retardement qui menaceront d’exploser à leur retour dans la Métropole. Les libanais aussi ont souffert de ce mauvais calcul, en témoigne par exemple, en plein coeur de l’été et de la capitale libanaise, la tentative d’attentat effectuée par un ressortissant français d’origine comorienne et depuis revendiquée par Al Qaida, cette même organisation dont se réclament les 2 frères Kaouchi.

Certaines rumeurs prétendent que les services de renseignement libanais ont mis en garde leurs homologues français de l’imminence d’opérations terroristes dont le massacre de Charlie Hebdo n’est qu’un funeste préliminaire, confirmant par cela même que le Liban est également aux premières loges d’un combat global contre la terreur qu’il n’a que trop connu. Mais aussi un combat que le Pays des Cèdres a eu trop à en souffrir en raison du manque de solidarité des années durant, d’une communauté internationale, occidentale indifférente et arabe exportant même son terrorisme sur notre territoire. Espérons que demain, ces erreurs ne se répèteront pas et que le Liban ou que même tout autre pays, Irak, Syrie, Nigéria, etc…  jouiront de tous les soutiens nécessaires, politiques, économiques et surtout militaires, pour que l’Histoire ne se répète pas.

François el Bacha.

Mise à Jour: Depuis l’écriture de cet article, un attentat suicide perpétré notamment par 2 kamikazes dont un ressortissant yéménite – ce qui n’est pas sans rappeler les funestes évènements qui se sont déroulés en France – , a eu lieu dans la ville de Tripoli au Nord Liban, faisant 4 victimes selon les premiers bilans. Cet acte terroriste a été revendiqué par Daech, confirmant donc les craintes devenues légitimes dans la situation actuelle. Ce nouvel état de fait confirme que désormais le terrorisme est global et que cela soit l’Orient ou l’Occident, tout le monde est concerné. On ne peut répondre à un terrorisme global que par une action globale et combattre l’hydre de la terreur ou qu’il se trouve. 

Génération Internet

J’ai été très surpris dernièrement d’apprendre, par le commentaire de Samia, que le site Libnanews était censuré en Tunisie, « était » parce que cela n’est plus le cas, ce qui m’a amené à la réflexion que je vous livre ici.

Assistant à l’émission de France Télévision « C dans l’Air » sur France5, j’ai été étonné par certains chiffres concernant la Tunisie. On a 4 millions d’internautes en Tunisie pour 11 millions d’habitants, il existe 4 fois plus de policiers dépendant du Ministère de l’Intérieur que de soldats. Lire la suite

Quand les USA voulaient isoler diplomatiquement la France (Wikileaks)

Bien que la coopération anti-terroriste franco-américaine soit considérée comme « solide » dans la dépêche 05PARIS2333, mais également appréciée en raison de l’expertise française acquise durant les années 80 et la présence de troupes en Afghanistan, la représentation diplomatique américaine conseillait l’isolement de Paris auprès de ses partenaires européens en raison de son refus d’inclure le Hezbollah sur la liste européenne des organisations terroristes. Lire la suite

Wikileaks sur le Liban (1)

Le quotidien libanais arabophone Al Akhbar commence à publier les dépêches Wikileaks de l’Ambassade US au Liban et sur certains de ses voisins dont l’Egypte, l’Irak, la Libye.

Code couleur:

Bleu: Tribunal International

Rouge: Israël et le Liban

Vert: Sécurité

Autre: Noir

Je ferais ici quelques commentaires en italique Lire la suite

De Mieux en Pire: Al Qaida menace le gouvernement libanais et le Hezbollah

Une tentative de tirs de roquette depuis le Sud Liban, tentative avortée suite à l'intervention de l'Armée Libanaise

Une tentative de tirs de roquette depuis le Sud Liban, tentative avortée suite à l'intervention de l'Armée Libanaise

Un groupe radical sunnite menace et le gouvernement libanais et le Hezbollah. Vu par la presse libanaise, il ne s’attaque bien entendu qu’au Hezbollah, à en croire par exemple cette dépêche, la rhétorique contre l’Armée Libanaise n’étant, en fait de compte, que pour « meubler » dans le sens où que cette organisation considère l’institution militaire libanaise comme liée au mouvement chiite. On oublie tout simplement donc de dire qu’il s’agit d’un groupe lié à Al Qaida. Lire la suite