Quand les autorités libanaises prétendent ne pas connaitre les régulations internationales

Suite à la polémique concernant la présence d’oiseaux à proximité de l’Aéroport International de Beyrouth en raison de la présence d’une décharge, celle de Costa Brava pour ne pas la nommer et de leur élimination par des chasseurs appelés à la rescousse, il convient de voir les pratiques des différents pays auxquels on se réfère généralement au Liban.

Certains citent un article concernant New York – On se penserait presque à l’excellente chanson éponyme de Liza Minnelli – qui aurait éliminé 70 000 volatiles en 10 ans depuis 2009 en raison des menaces causées à ses installations aéroportuaires puisqu’ils en ont non pas une mais plusieurs. A une différence près, ils ont construit des aéroports dans des zones marécageuses et non une décharge à côté d’un aéroport. Il s’agit donc avant tout que les gouvernants et que leurs supporteurs assument l’erreur commise en plaçant une déchèterie à proximité immédiate de ce genre d’installations.

Pour cela, un tour auprès des instances internationales et de certains services techniques à l’aviation civile Français et Américains s’impose également.

Ainsi, face au risque aviaire, tel qu’on le nomme, outre un durcissement des standards d’élaboration des avions en France, on apprend que la mise en place de décharges publiques est strictement régulé sans plus de détails.  Il est plutôt d’usage de réguler et même d’éliminer les environnements propices à la présence de volatile au lieu de mettre en place une décharge.

Plus intéressant encore est un document des autorités américaines dont voici le lien, où on peut lire plusieurs points qui intéressent directement tant le concitoyen libanais que le voyageur fréquent à destination du Liban.

Les autorités de tutelles libanaises devraient donc apprendre de ce document en date de 2007, donc bien antérieur à la mise en place de cette politique kamikaze, que les risques posés par la présence d’une décharge sont totalement incompatibles avec le fonctionnement d’une installation aéroportuaire.

Aux Etats-Unis, la présence de zones qui attirent des espèces mettant en danger la sécurité des vols est interdite à 5 miles de distance des aéroport. Plus encore, la mise en place de décharges est actuellement spécifiquement prohibée à part en Alaska sur un rayon de 6 miles soit 10 kilomètres. Pour rappel, la décharge de Costa Brava a été décidée en 2015 sur les abords même de l’aéroport international de Beyrouth et cela donc contrairement aux régulations qui ont actuellement court dans de nombreux pays.

Les décharges existantes avant le 15 avril 2001 suite à l’adoption de ces règles sont également renforcées. Ainsi, les autorités américaines recommandent l’interdiction de l’extension des aéroports. Les propriétaires et opérateurs de ces décharges sont également soumis à un ensemble de régulations plus strictes concernant le fonctionnement de ces dernières. Il convient ainsi de leurs parts de démontrer que ces déchèteries ne posent pas de danger au fonctionnement aéroportuaire et non le contraire.  Ces dernières devant être également totalement hermétiques et de ne pas entreposer de matériaux pouvant attirer des espèces pouvant nuire aux avions que cela soit des oiseaux ou des rongeurs par exemple.

Les opérations de compostages sont permises jusqu’à 1,200 pieds de distance des installations aéroportuaires à certaines conditions comme le fait qu’elles n’attirent pas ces mêmes animaux. Les opérations de recyclage de déchets non organiques comme le verre, le papier ou l’aluminum sont permis par ces régulations.

A la lecture de ces rapports, on comprend donc que les autorités libanaises sont les premières responsables de la mise en danger de nos concitoyens qui prennent l’avion depuis l’aéroport international de Beyrouth et non ces volatiles. Il convenait plutôt de s’inspirer des meilleurs pratiques internationales au lieu d’innover dans le pire.

La faute revient évidemment aux prédécesseurs des ministres actuels qui ont décidé de la mise en place de cette décharge aux abords de l’aéroport mais il convient également de souligner la responsabilité des autorités publiques actuelles, ministre de l’environnement, ministre des transports, conseil des ministres qui ne remettent pas en cause le plan précédent, qui constitue une absurdité et une mise en danger des voyageurs à destination ou au départ de Beyrouth.

Il convient donc aux autorités libanaises de procéder à la fermeture de tout infrastructure contraire aux règles de fonctionnement des installations aéroportuaires comme la décharge de Costa Brava et non de s’entêter dans un bras de fer dans lequel tout le monde reste perdant, mais surtout de comprendre pourquoi par une commission d’enquête de désigner les personnes responsables de ce gâchis, social et économique.

Il convient également d’appeler les companies aériennes internationales à boycotter les installations libanaises tant que les bonnes pratiques ne sont pas mises en place. Ce n’est pas en éliminant les mouettes qu’on élimine la cause de leur présence. Elles seront de plus en plus nombreuses tant qu’on n’éliminera pas la décharge dite de Costa Brava. Et plus encore, cela démontre le manque de visibilité de nos gouvernants pour l’avenir. Ils doivent travailler et oeuvrer en faveur de l’intérêt général en conformité avec les intérêts sanitaires, sociaux et économiques et non à leurs détriments.