« L’erreur est humaine, l’entêtement est diabolique »

On ne corrige pas une erreur en commentant une autre erreur. Dès que la décision de construire une décharge à côté de l’aéroport avait été prise, j’exprimais publiquement mes craintes à ce que les mouettes ou d’autres types d’animaux soient attirés et puissent nuire à la sécurité aérienne.

Les responsabilités existent dans l’erreur commise par la décision d’installer une décharge à côté d’un aéroport international, le seul du Pays, une erreur existe dans le fait aujourd’hui de tirer sur des oiseaux.
Que cela soient les mouettes ou des rats qui rongent les circuits hydrauliques ou des cables des avions, tirer et les éliminer n’est pas crédible, il faut plutôt éliminer les causes de leur présence en nombre accru, c’est à dire la décharge elle-même.
Les responsables de l’époque avaient pris une mauvaise décision, tout comme aujourd’hui les responsables actuels prennent une mauvaise décision en décidant de poursuivre la construction de cette décharge et en assassinant ces oiseaux. Ils auraient dû plutôt agir de manière décisionnaire comme en suspendant les vols des avions en attente de la décision d’annulation.
Dès l’époque, la décision de suspendre les vols en direction ou depuis l’Aéroport International de Beyrouth aurait du être prise par les responsables de la sureté aérienne et les responsables des companies aériennes locales – on accuse notamment l’un d’entre eux d’avoir fait ramener ces chasseurs chargés l’éliminer les mouettes – et internationales pour protester contre les risques posés par la décision des autorités libanaises.
Dès l’époque, le Ministre du Transport d’alors aurait dû intervenir pour rappeler les conséquences de cette décision. Dès l’époque, cette décision de mise en place de cette déchèterie aurait dû être suspendue. Seuls quelques courageux s’exprimaient alors et mettaient en évidence non seulement les risques mais allaient manifester sur place. Ils n’étaient pas écouter, les autres s’en foutaient, trop heureux de voir une pseudo-fin à la crise des ordures alors que ce n’était qu’un prologue. Manque de vision à long terme pour la plupart des gens. Donner leur le peu qui suffit à les satisfaire, ils réclameront plus un état de droit et un état respectueux de ses concitoyens.
Costa Brava est une chose, la décharge de Bourj Hammoud en est une autre qui provoquera également des problèmes sanitaires notamment par rapport à l’importation de matières alimentaires au Port de Beyrouth ou encore des problèmes de santé publique à la population de la capitale.
Les mouettes à l’AIB, ce n’est que la première étape des catastrophes à venir liées à la mise en place de ces 2 décharges – on paye toujours le prix de celle de Bourj Hammoud mise en place dans les années 90 et fermée jusqu’à l’année dernière – si des décisions courageuses ne sont pas prises dans les mois ou les années qui viennent.
Le Liban est pourtant signataire de traités internationaux qui interdisent les pratiques décidées par les autorités précédentes comme le fait de jeter à la mer des poubelles, les autorités actuelles n’étant en fin de compte pas meilleurs en n’ayant pas décidé de sursoir à ces décisions, de les geler afin de pouvoir dans un premier temps les réexaminer et les annuler ensuite. Il ne fait guère de doute que les organisations internationales vont se rappeler au bon souvenir de nos pseudo-gestionnaire d’un avenir mis en parenthèse dans les mois et les années à venir en regard à ces accords. Les organisations locales de défense de l’environnement ne sont pas meilleurs, c’est la course au Spotlight, qui passe le mieux ou le plus longtemps devant les chaines de télévision alors que les solutions, elles, ne sont pas locales mais internationale.
Une commission d’enquête qu’elle soit judiciaire ou parlementaire, voir les 2 mêmes, devrait être ouverte pour savoir et connaitre pourquoi on en est arriver là, comment on a pu commettre erreur après erreur, malgré les explications des spécialistes et malgré même le sens-commun et le bon sens. Corruption? Manque d’intelligence, Imbécilité même, les causes peuvent être multiples mais il convient de les comprendre pour ne plus recommencer contrairement à nos habitudes bien locales de recommencer encore et encore, ces erreurs. 
Errare humanum est, perseverare diabolicum.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *