Israël/Gaza: de la mauvaise utilisation des réseaux sociaux.

« Publicité » publiée par le responsable comm de l’armée israélienne sur Twitter

Comme on a pu le constater dans de nombreux articles de presse, l’utilisation des réseaux sociaux devient un outil de propagande mature dans un cas de conflit, et le dernier conflit en date entre Israël et le Hamas présent à Gaza n’y échappe pas. Ainsi, l’état major israélienne s’est contenté d’annoncer les opérations militaires à venir, non pas dans une conférence de presse en bonne et dû forme mais par une simple phrase lancée par @IDFSpokerperson sur Twitter. C’est ainsi que l’Histoire retiendra comment ce réseau pourtant limité à 140 lettres par message a annoncé la mort et la violence dans une terre déjà tellement ravagée.

Les affiches publiées par le même compte Twitter du Porte-parole de l’Armée Israélienne peuvent étrangement penser aux pseudo-publicités qu’on peut voir dans certains films notamment StarShip Trooper ou encore les publicités présentes dans la Série Robocop.

La stratégie Comm de l’Armée Israélienne revient donc à présenter une image un peu idyllique, voir enfantine, sous le concept, « on est les gentils et eux les méchants », presque Hollywoodien comme scénario…

Cependant, cette stratégie est mise à mal par la publication de conscrits au front. A force de vouloir une communication enfantine, avec les nouvelles technologies, les stratèges de la communication mis en place plus rapidement que précédemment (déjà en 2006, une équipe avait été mis en place au sein du ministère de la défense israélienne pour défendre médiatiquement l’état hébreu face au Hezbollah Libanais dans les différents sites d’informations, forums et voir même blogs personnels) n’ont pas pensé que l’échec serait avant tout dû à ses propres troupes.

Images publiées sur Instagram

La mise en place d’un départ « la fleur au fusil » des jeunes conscrit(e)s contraste avec l’utilisation officielle des réseaux sociaux comme outil de dramatisation fait par Tsahal et donc induit une rupture stratégique à même de changer la nature de l’opinion publique dans les pays pivots, à savoir l’Europe et les USA. Des soldats et des soldates envoyés au front sourient, dédramatisent la situation, on est loin des morts alors qu’en face, des images de presse professionnelles démontrent la mort de femmes et d’enfants comme le garçonnet à peine âgé de 11 ans, fils d’un correspondant de la BBC.

Ce contraste induit une Bérézina médiatique dès le début du conflit pour l’état hébreu et il sera assez dur pour ce dernier de s’en remettre:

Trop de communication sur un plan incontrôlé abouti à un échec de la communication. Et même l’Armée Israélienne, en dépit des mesures strictes interdisant le recours aux réseaux sociaux au niveau des bidasses, ne peut réellement contrôler cette communication « sauvage ».

Cela amène à la notion dans laquelle, une troisième colonne existe réellement au sein des conflits actuels, une troisième colonne invisible certes mais également inconsciente des dégâts et de la problématique qu’elle impose au sein de son propre camp. C’est ainsi que l’état hébreu perdra une nouvelle fois et cela face à l’opinion publique internationale la nouvelle Guerre de Gaza.