Historique et propositions de développement des réseaux de communication mobile au Liban

En 1994, le Liban est entré dans l’ère moderne de la communication avec l’installation de 2 réseau GSM sous contrat BOT (Build Operate and Transfert) à l’époque et une durée légale de 10 ans, extensible à 12 ans, accordée à deux opérateurs LibanCell (réseau MIC-2), administré par les sociétés Dalloul et à alors Ericsson et Cellis (réseau MIC-1), appartenant à 66% à France Télécom et à 33% à la société Investcom de l’ancien premier ministre Nagib Mikati. L’objectif était que le Liban dispose d’un réseau de communication moderne en parallèle au réseau de téléphonie fixe largement obsolète et endommagé par la guerre civile de 1975 à 1990. Certains médias locaux avaient indiqué que le montant des investissements pour une seule des deux sociétés avait atteint plus de USD 600 millions de dollars pour une seule année lors des phases de déploiement de la technologie. Ainsi, la mise en place de ce réseau pouvait être estimée de 5% à 7 % du produit national brut de l’époque, contribuant de manière importante à la croissance de l’économie libanaise. Lire la suite

La meilleure publicité des élections

"Vote pour moi", publicité pour lingerie

"Vote pour moi", publicité pour lingerie

Meilleure publicité qu’on peut trouver actuellement sur nos routes, mais sans qu’aucune vague pourtant, de la part des féministes ne soit entendu, à croire ou que celles-ci appartiennent à la majorité en leur totalité, ce que j’en doute ou qu’il s’agissait avant tout pour un parti bien déterminé de rameuter hypocritement du monde dans un but électoraliste bien éloigné de ce qu’était leur arguments de base.

Les publicitaires de cette marque ne sont même pas à leur premier essais:

Pendant les évènements et les bagarres des années précédentes, une publicité du genre avait fleuri sur nos panneaux publicitaires avec le slogan « Faites l’amour et pas la guerre ». Nulle critique, ni à l’époque, ni aujourd’hui. Lire la suite

Conseil de Lecture

9782296066199fs

Nouvelle inclusion dans la liste des Blogs intéressants, le Blog « Cèdres » du Dr Thierry Levy Ladjine, auteur reconnu pour « Témoin au Liban avec le Hezbollah » aux éditions l’Harmattan, qui rejoint ainsi également, parmis les blogs d’intérêts celui de René Naba, également auteur à cette même maison d’édition, qui témoigne ainsi d’un grand intérêt pour le Liban et dont je conseille la lecture de sa dernière oeuvre, « De notre Envoyé Spécial, Un correspondant sur le Théatre du Monde« . Lire la suite

L’épisode Dynastie

Michel Murr, le Parrain d'une Dynastie politique libanaise

Michel Murr, le Parrain d'une Dynastie politique libanaise

Les familles royales européennes ont souvent marié par raison et non par amour leur enfants, parfois très jeunes, comme Blanche de Castille à 4 ans. Le Liban, lui, connaît également ses mariages de raison, l’exemple type étant Michel Murr, ancien ministre de l’intérieur, dont le fils occupe actuellement le ministère des finances et ancien gendre de l’ancien président Emile Lahoud et aujourd’hui divorcé.
Par ses alliances, plus familiales que politiques, il est également le grand-père de Nayla Tuéni, fille du défunt Gébran Tuéni, aussi rejeton d’une grande famille politique libanaise, elle même liée, pour compléter l’image au député druze Marwan Hamadé, la raison de la politique, elle, ne connaît pas les limites des communautés religieuses contrairement à ce qu’on pourrait penser dans un pays confessionnel comme le pays des cèdres. Lire la suite

Didrachme, Antiochus VII (138-129 av JC), Tyr, (135-134 av JC) Royaume Grec de Syrie

didrachmeantiochusvii Deuxième pièce ici montrée, Ce didrachme présente le buste et le profil d’Antiochus VII Evergète Sidêtês (le chasseur), souverain du Royaume Grec de Syrie, plus communément désigné comme Empire Séleucide, portant un diadème sur la face, et un aigle debout sur la proue d’un vaisseau devant une massue sur le recto. Lire la suite

Odette s’en est allée

Odette avec les autres parents et les disparus de la guerre civile libanaise

Odette avec les autres parents et les disparus de la guerre civile libanaise, photo prise en octobre 2008

Ishtar et moi, nous avons rencontré Odette Adib grâce à une amie, Nayla l’année dernière dans une tente du Centre-Ville, tente tenue par les familles des disparus durant les années de souffrance. Syriens, Israéliens, miliciens bien de chez nous du Liban… comme toutes les mères, son histoire est partagée par la douleur des autres mères, ensembles elles, ses mères ont décidé de s’unir pour ce Liban de coexistence, également disparu avec les évènements. Lire la suite

Un deuxième père

La cathédrale Orthodoxe du Centre Ville de Beyrouth avec en arrière fond, la Grande Mosquée

La cathédrale Orthodoxe du Centre Ville de Beyrouth avec en arrière fond, la Grande Mosquée

En 1998, est arrivé à l’établissement hospitalier ou exerce mon père, une gamine de 6 ans originaire du Sud Liban. Son frère, pas plus vieux qu’elle, avait chipé une arme de chasse et lui avait, par erreur, tiré dans la jambe, causant une perte de substance de plusieurs centimètres, la jambe étant séparée de la cheville, ne tenant plus que par des lambeaux de peau.

Le personnel médical au Sud Liban a rapidement jeté l’éponge, ils ne pouvaient à l’époque qu’amputer vu les moyens dont ils disposaient, absence de matériel de microchirurgie etc… Il fut donc décidé d’envoyer la gamine à Beyrouth, ou elle débarqua après 8 heures de route – l’autoroute menant au Sud étant encore en construction à l’époque – dans un hôpital appartenant à une congrégation religieuse chrétienne, et mon père chirurgien était ce jour là, de garde. Lire la suite

Tétradrachme d'Alexandre le Grand, Royaume Grec de Syrie

tétradrachme dAlexandre, Photo dégradée volontairemen

tétradrachme d'Alexandre, Photo dégradée volontairement

Première pièce présente dans ma collection au cours des années 90, ce tétra drachme du Royaume de Syrie ou tétra drachme d’Alexandre datant du règne de Séleucus I Nicator (312- 281 av. JC) présente une tête d’Alexandre le Grand –d’où le nom – symbolisant Héraclès coiffé de la tête du lion de Némée sur sa face. Coté pile un Zeus Nicéphore assis à droite et tenant son sceptre et un aigle.

La pièce est en argent, comme il se doit à l’époque, d’où sa patine actuelle. Lire la suite

Urgence, Dr. Carter est au Liban

Dr. Carter au chevet du Liban

Dr. Carter au chevet du Liban

Et cette fois-ci, ce n’est pas qu’une fiction. En effet, l’ancien président Jimmy Carter, plus connu pour l’histoire du lapin tueur ou de l’observation d’un OVNI, et non le Dr. Carter de la Série Urgence aujourd’hui défunte, sera de mission au Liban pour la surveillance des élections législatives du 7 juin prochain. Il sera accompagné dans cette dure mission par des observateurs de l’Union Européenne, de la Ligue Arabe et surprise, de l’Institut Démocratique National présidé par Madeleine AlBright et du gouvernement turc…

Cherchez l’intrus des listes… En effet, l’Union Européenne. Entre pays arabes mal placés pour parler « démocratie », un gouvernement turc aux accents islamistes, l’Institut Démocratique National de Madeleine Albright qui avait donné un blanc-sein à sa « belle époque » comme secrétaire d’état américaine aux affaires étrangères pour la poursuite de l’occupation syrienne du Liban. Lire la suite

Breaking News: Carlos apprend l'Arabe.

La Campagne de Carlos Eddé

La Campagne de Carlos Eddé

La France avait son Carlos, le Liban a désormais le sien, à une différence prêt, l’un chantait « Oasis, c’est bon c’est bon » et l’autre n’aime pas trop l’Orange.

D’un autre coté, Carlos Eddé du « Brazil » comme le café, a fait des progrès en Arabe, il sait désormais dire Sah (bon), Ghalat (faux), prenant ses électeurs à témoin. Je dis cela, non pas que je sois meilleur que lui en Arabe, mais j’estime qu’une personne qui veut représenter le peuple doit au moins en connaitre la langue, si ce n’est pas au moins ses tracas quotidiens. S’il espère avoir plus de votes avec ces panneaux, c’est prendre les gens vraiment pour des cons, les rabaissant au niveau d’enfants à qui on veut apprendre le bien et le mal, à ne pas les prendre justement au sérieux. Lire la suite