Le club des célibataires

Hier soir, alors que François Hollande était interviewé à la Tv Française, peut de dans après un reportage au sujet de la victoire de Madame la présidente nouvellement élue d’Argentine où l’on a pu voir une revenante, Madame, Royal, je n’ai pas pu m’empêcher de penser que l’exercice du pouvoir en France est une exception aux règles normalement établies.

Exit donc Bill Clinton et ses multiples aventures à l’aide de cigares cubains ou domicains, Mitterrand et sa fille cachée parmis tant d’autres, que dirent de ceux qui maintiennent un silence de plomb (ben oui faut bien bourrer le fusil pour viser ceux qui risquent d’en parler), la mode est aux ruptures non pas politique par rapport à un passé mal digéré mais plutôt familial.

Le divorce Sarkozy, la fin du ménage Hollande laissent assez songeur, le pouvoir n’est plus attractif mais plutôt un boulet pour ceux qui ne peuvent être célibataires, en attendant le temps où l’on pourrait avoir 2 premiers hommes de la république (ben avec le maire de Paris actuellement le mieux placé, coté socialiste pour la prochaine présidentielle, rien n’est à exclure)

Peut-être faut il retourner alors aux mœurs anciennes, avoir un harem, avoir des concubines multiples, et à ce sujet je suis tombé sur une info, pardon un scoop pour reprendre un terme journalistique, un membre de la famille royal a été filmé au cours d’ébats sexuels (et non de débats) et avait été la victime non consentante d’un chantage.

Pourrions nous voir cela au Liban, ah j’oubliais que c’était le peuple dans le cas libanais qui lui est la victime et que le divorce avec une classe politicienne dans son ensemble est à souhaiter.

Mais malheureusement, pour des considérations religieuses et sectaires, le divorce étant mal perçu et d’ailleurs n’existant pas, on ne divorce pas, on annule bien hypocritement, nous sommes donc obligés de vivre avec nos bourreaux.

Coups de pétoire politiques

Le dernier développement en date, celui du tir des quelques pétoires que possède l’armée libanaise contre 2 avions israéliens survolant le Sud Liban est à considérer non pas d’un point de vue politique, l’armée libanaise n’a pas les moyens de faire face à des menaces externes et beaucoup de difficultés à faire face à des menaces internes.

On peut se souvenir ainsi que dans les années 90, l‘armée libanaise ouvrait effectivement le feu sur des avions israéliens survolant et violant l’espace aérien de la capitale même en tirant volontairement de coté. On peut se souvenir que dans les années 80, l‘armée libanaise n’a pas eu les moyens d’obéir à l’ordre donné par le ministre de l’époque d’abattre un de ses propres hélicoptères détourné par Joumblatt jusqu’au palais de Beittédine. L’armée libanaise n’a pas eu les moyens en raison des échecs successifs à obtenir un armement et une défense anti-aérienne performante et cela depuis la fameuse affaire des crotales, missiles français des années 70 payés et jamais fournis. Le dernier conflit, celui de 2006, avait une nouvelle fois démontré cette incapacité de défense aérienne. Ce n’était pas toute l’aviation israélienne qui bombardait le Liban mais quelques chasseurs bombardiers. Le Liban n’a donc jamais eu l’occasion et la permission internationale en effet simplement de pouvoir se défendre.

La signification est donc toute autre, la signification de ces tirs est avant tout politique et de politique interne surtout:

Ces tirs confortent ainsi la vision d’une armée capable de défendre son territoire notamment par rapport à la constitution et à la présente de milices, au sud plus particulièrement, région occupée jusqu’à récemment par Israël, région où s’est construit une milice en fin de compte sur les débris d’un état faible, d’un état incapable d’assurer la sécurité de sa propre population avec notamment l’émergence du Hezbollah, région martyrisée par la guerre de juillet 2006. Il s’agit plus de démontrer que l’état libanais, pour paraphraser un président américain ou une chanson de Bruce Springteen “is back”. Il s’agit et la l’armée a compris le jeu, de construire un état détruit et par une guerre civile, et par des occupations successives et par une guerre qui n’était pas la sienne.

Un autre objectif plus personnel pourrait être de soutenir la candidature à la présidence de la république de son commandant, le Général Michel Souleiman alors que semble se profiler à ce propos l’acceptation par le patriarche maronite d’un mandat réduit à 2 ans du contrat de location du palais de Baabda en cas d’élection de ce dernier. L’armée ici démontre que son objectif et donc l’objectif vérifiable sur le terrain, comme cité auparavant reste avant tout la défense de la souveraineté du Liban quelque soit le prix qu’il faille payer et cela devrait être acceptable par tous les partis opposés sur l’échiquier politique libanais. Ainsi, une information qui semble le confirmer, l’Egypte dont le ministre des AF se trouve actuellement au Liban, coïncidence ou autre aujourd’hui, les survols israéliens étant quotidiens, ne semble pas être opposé à l’élection du général Souleiman à la présidence. Affaire donc à suivre

L’objectif externe qu’on pourrait également voir est le suivant: L’armée libanaise ne restera pas les mains croisés en cas de conflit régional Iran/Syrie- USA/Israël. L’armée libanaise prendra ses responsabilités en cas de débordement du probable conflit pour protéger la nation et le peuple libanais. L’armée libanaise prendra ses responsabilités et le sang de ses martyrs pour la nation comme ce fut déjà le cas face au groupuscule islamique du Fatah al Islam.

La défense du territoire étant le premier objectif d’une armée même avant les opérations de police dévolues fort malheureusement, la situation libanaise étant assez “spéciale”, l’armée ici rempli avant tout sa mission première, et de cela, on ne peut qu’en être fier.

Les visiteurs du dimanche

Dimanche semble être assez favorable pour les visites au Liban.On a pu ainsi voir l’ancien président de la république Amine Gemayel et l’ancien chef du gouvernement Michel Aoun se rencontrer en la résidence d’un ami à Raboué. Déjà les rumeurs vont bon train, tel des bonnes femmes en mal de commérages.

Pour les uns, cette visite serait dû à la dernière menace de procéder à une élection à la majorité simple permettant au seigneur saigneur des cèdres de devenir président. Cette menace, je la prévoyais déjà dans un billet précédent. D’autres estiment ici que ce grand pas vers une réconciliation inter chrétienne n’est qu’une première pierre pour homogénéiser cette communauté face aux communautés Chiites et Sunnites.

De part et d’autre donc, ce n’est pas une volonté réelle mais une volonté “par menace”.

J’avais fais déjà part également de mon départ pour la France pour les prochains temps. J’ai pu constater les nombreux départs de jeunes du Liban, fort malheureusement d’ailleurs.

L’un des propos entendus a été: c’est dommage, le Liban avait tout pour devenir le plus beau pays du Monde, malheureusement les politiciens libanais effectuent une saignée pour garder leur pouvoir.

Il est vrai que depuis le 14 février 2005, on peut constater que la révolution des cèdres est un échec, non pas par le jeu politicien qui s’est depuis déroulé mais par la mainmise de la part des politiciens sur le destin lui-même, mettant de coté la volonté même du peuple et son aspiration à un pays pacifié.

Qu’importe que la crise continue et finisse par se résoudre, l’émigration forcée de ses élites finira par tuer ce pays si celle-ci se poursuit, en la vidant de son know-how.

Une présidence people

… deuxième partie:

Non, non ce n’est pas le Liban, on est déjà une république bananière, même plus la peine d’en parler, mais plutôt la France avec le divorce Sarko-Cécilia.

On pourrait ainsi imaginer Nicolas chantant sur un air de « Simon and Garfunkel », le refrain de la fameuse chanson “Celia, you breaking my heart”

Trêve de plaisanterie maintenant, l’infecte reportage de France2 au sujet des bonnes du Liban.

Je ne me prononcerais pas sur l’aspect technique, je laisse là la parole aux professionnels, ma pierre à l’édifice sera toute autre.

Oui il existe des contraventions à l’éthique humaine, comme dans tout métier. Il y a de cela quelques années, nous avons reçu en notre domicile strasbourgeois un prêtre libanais qui avait pris sous son aile plusieurs filles dans un état déplorable. Cependant, c’est avant tout la faute des autorités de leur pays, qui leur permettent d’aller et qui ne les défendent pas. L’une des principales rentrées de devises par exemple reste pour les Philippines, le commerce de chair fraîche.
Mais la situation au Liban n’est pas aussi critique que celle dans d’autres pays arabes et notamment du Golfe et de l’Arabie Saoudite. Preuve en est la condition d’une gouvernante française enfermée dans un palais de Ryad et qui avait réussi à contacté un collège à une de mes relations. Le pire, c’était que l’Ambassade de France était au courant de la situation de la jeune femme soumise à diverses tortures plus morales que physiques si cela est encore un point ironiquement réconfortant, mais les autorités françaises ne pouvaient rien faire pour raison d’état.

Mais voila, on s’attaque au Liban parce que le Liban est faible, point de raison d’état ici, à se demander si ces attaques médiatiques ne sont pas volontaires, après tout, Cécilia justement avait un amant libanais… S’agit-il donc d’une vengeance sarkozienne quelque peu ridicule. J’en doute cependant mais on ne peut cependant l’écarter.

Dernier point à ce sujet, la coïncidence de l’arrivée de 3 ministres des AF européens dont le français Bernard Kouchner, peut-être alors s’agit-il d’éteindre toute compassion française vis-à-vis d’un pays meurtri par un conflit l’année dernière et par une crise politique se prolongeant pour des raisons d’état et notamment celles d’un certain voisin cultivant de bonnes relations avec l’actuel président français. Ainsi, on ne veut pas déranger les autres, pour preuve également l’annulation en août 2006 de la diffusion d’un reportage de la même émission sur le conflit de l’époque, tourné du coté libanais. Peut-être trop sentimental donc pro-libanais à ce moment là. Il n’a jamais été diffusé d’ailleurs.

Autre point maintenant, Mj et moi-même avons été contactés par Global Voices pour devenir auteurs et contributeurs de l’espace francophone libanais et par extension Moyen-Oriental. Nous avons tous les 2 acceptés.

Cependant, me rendant la semaine prochaine en France, je ne commencerais à faire une synthèse de l’espace francophone libanais et Moyen-oriental que dans 2 semaines. Il se pourrait également que ce blog connaisse alors une pause momentanée.

Le pire …

Les dernières informations laissent transpirer que le fou des cèdres qu’on aura tous reconnu prépare sa candidature à la présidence de la république comme on pouvait déjà le deviner lors de la mise en place de sondage sur des sites partisans alors qu’il n’était pas candidat à la présidence.

Ses dernières phrases sonnent en effet tel que des menaces au lieu d’arriver au meilleur d’une entente.

« Je ne suis pas un candidat de consensus … », laissant ainsi deviner que le fou est désormais le candidat du pire, celui de la partition.

Autre phrase désormais dans les annales, « Nassib Lahoud, Boutros Harb ou pire » Il a donc l’honnêteté de reconnaître que le pire c’est lui.

Imaginons l’élection d’un criminel de guerre même amnistié à la tête d’un pays, c’est tout simplement se moquer de ses victimes mais dans le cas libanais, c’est arriver au pire tout simplement, à la partition du Liban. L’idéologie même des FL actuelle, celle qui consiste en façade à « protéger les chrétiens » est en effet celle d’un parti séparatiste. Le Liban ainsi n’existera plus mais sera éclaté en entités éthico religieuses et donc ne sera plus lieu d’être.

Les accusations fallacieuses envers d’autres, des prétextes de constitution d’état dans l’état tombent désormais tel des masques trop longtemps portés et usés.

Cette préparation à la présidence… il se faisait déjà un moment qu’on pouvait en sentir le frémissement malgré les dénégations partisanes hypocrites, avec de nombreuses excuses notamment celles d’une maladie quelque peu imaginaire, si ce n’est pas celle de la mégalomanie, cette maladie qui l’a poussé vers la constitution d’un véritable état dans l’état dans les années 80 alors qu’aujourd’hui il se veut être donneur de leçon.

Autre illustration, celle de la véritable campagne que mènent des partisans dénués de mémoire face à l’histoire dans les sites d’information et d’interaction libanais. On dénie justement l’Histoire de la guerre civile, on se forge une nouvelle virginité, on oublie les victimes de cette guerre, ce véritable commerce des âmes dans lequel ils ont trempé la croix transformée en glaive dans le sang.

On prépare le terrain, qui à tricher dans les sondages avec notamment des logiciels-robots qui votent à de multiples reprises.

Mais cela n’est pas tout et en effet, il se prépare au coup d’état comme le laisse également supposer la mise en alerte de permanence sur les routes principales du Kesrouan et du Metn pour bloquer les routes.

Geagea président ? On peut imaginer avec certitude que les tensions internes aboutiront à la partition d’un Liban juste 2 ans après sa nouvelle indépendance et avec raison. Geagea président, c’est la partition de l’armée dont 60% des cadres sont chiites et avec raison, on ne peut imaginer devenir le complice d’un criminel de guerre.

Geagea président, c’est la fin tout simplement la fin du Liban